Sur les pas de Paule Danjou : chapitre 2

Notre enquête sur l’artiste paloise Paule Danjou avance…

Voici les nouvelles informations que nous avons pu recueillir à son sujet. Je dis « nous » car nous sommes maintenant plusieurs à essayer de recoller les morceaux du puzzle de la vie de cette artiste qui a vécu à Pau durant la deuxième moitié du XXème siècle.

  • Selon une dame qui la connaissait bien, Paule Danjou était une parisienne, arrivée à Pau dans les années 1950 pour y soigner des problèmes pulmonaires (séduite elle aussi par cette douceur du climat béarnais qui fit l’essor de la ville au XIXème siècle ?). À ce moment-là, elle était veuve ou divorcée et avait entre 30 et 40 ans.
  • C’est en 1955 qu’elle aurait acheté l’appartement de la place Gramont.
  • Elle y a partagé sa vie avec une autre femme (Raymonde ?) avec qui elle a adopté un petit garçon, sans que les deux femmes aient entretenu pour autant une relation amoureuse. En tout cas, officiellement, ce n’était pas la nature de leur relation.
  • Vers l’âge de 18 ou 20 ans, cet enfant est mort tragiquement dans un accident lors d’un entrainement militaire dans le sud-est. Paule ne s’en est jamais remise. Et en réalité, s’il y avait tant de glaces dans l’appartement, c’est, selon l’agent immobilier qui a fait visiter l’appartement à mes parents en 2012, qu’elle s’était mise au spiritisme pour tenter d’entrer en contact avec lui. Et dans la pièce qui lui servait d’atelier (et où j’avais installé ma chambre par la suite), elle avait dressé une sorte de petit autel en sa mémoire. Une photo de cet enfant se trouvait toujours dans l’appartement lorsque mes parents l’ont acheté. Mais cela, il ne me l’ont pas dit lorsque je me suis installée dans l’appartement, seule, avec mon bébé de 9 mois. Ils ont sans doute eu peur que j'en fasse des cauchemars… Je ne sais pas s’ils ont bien fait, en tout cas, j’y étais merveilleusement bien, les ondes y étaient très bonnes et aucun fantôme n’est jamais venu me chatouiller les pieds la nuit !
  • De manière surprenante, le notaire Philippe REUTIN, qui a vendu à mes parents le garage qu’ils ont acheté à la suite de l'appartement (car vivre au centre ville de Pau, c’est bien, mais sans garage, les choses se corsent…), connaissait personnellement Paule Danjou, et était lui-même un grand amateur de ses oeuvres. Il aurait même eu un ou plusieurs tableaux d'elle accrochés dans son bureau. Il a pris sa retraite depuis, mais je me note d’essayer de le contacter pour en savoir plus.

Nous sommes également en contact avec la conservatrice du Musée des Beaux-Arts de Pau que nous espérons pouvoir rencontrer prochainement afin de découvrir peut-être de nouveaux éléments au sujet de l’oeuvre et de l’histoire de Paule Danjou…Alors à bientôt peut-être, dans un chapitre 3 ?